A la découverte de la PNL

PNL

Introduction

L’objectif de cet article consacré à la programmation neurolinguistique, en abrégé la PNL, est de vous donner un premier aperçu de ce qu’est cette discipline et de son fonctionnement, sans trop entrer dans les détails.
Des articles plus détaillés sur certains points bien précis suivront.

Parmi celles et ceux qui me lisent, certains ont peut-être déjà quelques notions de ce qu’est la PNL, quelques croyances à son sujet, voire même quelques préjugés, et d’autres n’en ont peut-être jamais entendu parler.

J’espère, avec cet article, pouvoir vous débarrasser de certaines fausses croyances ou préjugés, mais surtout vous faire comprendre la richesse et l’efficacité de cette discipline, qui est vraiment un instrument puissant de décodage du cerveau, de communication et d’accompagnement dans le changement.

Origine et définition

Pour connaître et comprendre les origines de cette discipline, il faut remonter au début des années 1970, et plus précisément en Californie, à l’université de Santa Cruz, une époque et un lieu propices à l’ouverture d’esprit et à la recherche de renouveau.
C’est dans ce contexte, que Richard Bandler, un brillant étudiant en psychologie a une idée : comprendre ce qui fait le succès et l’efficacité de certains thérapeutes et adapter sa manière de travailler pour obtenir les mêmes résultats qu’eux.
Pour effectuer ce travail, il va être rejoint par un professeur de linguistique, également de l’université de Santa Cruz, John Grinder.
Ils décident de mettre leur savoir en commun et se rendent compte qu’ils sont en train de donner naissance à une nouvelle discipline.
C’est ainsi que Richard Bandler et John Grinder deviennent les fondateurs de la PNL.
L’essence même de cette discipline est d’analyser et de comprendre ce qui se fait de mieux, ce qui permet le succès dans un domaine, et donc de créer un modèle que tout un chacun peut reproduire pour atteindre les mêmes résultats. C’est ce qu’on appelle en PNL la modélisation.
La PNL s’apparente finalement à un mode d’emploi de la réussite.
Au départ, ce sont d’abord des thérapeutes qui obtenaient des résultats exceptionnels avec leurs patients qui ont été modélisés par les fondateurs de la PNL, mais par la suite d’autres personnes ont été également modélisées.
Par exemple, la façon de travailler de Walt Disney qui était un génie en termes de créativité, a été modélisée et il existe aujourd’hui un modèle d’intervention en PNL qui s’appelle le protocole Walt Disney et qui permet d’aider une personne à développer sa créativité.
En fait, la PNL n’a de cesse d’évoluer et de s’enrichir des nouvelles découvertes, dont celles des neurosciences notamment.
Il y a autant de définitions de la PNL que d’auteurs qui traitent de ce sujet.
En regroupant différentes définitions, on peut dire que la PNL est un ensemble coordonné de connaissances, de modèles et de techniques destinés à améliorer la communication, à faciliter le changement et donc à s’améliorer personnellement.
L’accompagnement en PNL est une thérapie brève, orientée vers les solutions. L’important n’est pas de comprendre le pourquoi du problème d’une personne mais bien de l’aider à bâtir des solutions, ce qui en fait une approche assez différente des approches psychologiques et thérapeutiques classiques.

Pourquoi cette appellation ?

Pourquoi avoir donné à cette discipline le nom assez déroutant de programmation neurolinguistique ?
D’abord « Programmation » …
Nos expériences vécues et nos apprentissages nous amènent à développer des automatismes, des programmes mentaux, conscients et inconscients, que notre cerveau utilise de manière naturelle, pour apprendre, découvrir ou encore trier et traiter les informations qu’il reçoit.
Et c’est tant mieux ! Car la plupart du temps, ces automatismes nous aident à mieux fonctionner, à être plus efficace.
Ensuite « Neuro » …
Ces programmes sont codés dans notre cerveau et, de façon plus générale, dans l’ensemble de notre système neurologique.
Et enfin « Linguistique » …
Nos programmes s’expriment et se manifestent au travers de notre langage, tant verbal, les mots que nous utilisons, que non verbal, c’est-à-dire en quelque sorte, tout ce qui vient habiller les mots, comme le timbre de voix, la gestuelle ou encore l’expression du visage.
Et à ce propos, une étude intéressante a été réalisée il y une quarantaine d’années par des chercheurs de l’université de Pennsylvanie, pour savoir ce qui, au niveau de notre communication, a le plus d’impact lorsque nous souhaitons faire passer un message.
Ils ont donc comparé l’impact de notre langage verbal (les mots que nous employons), l’impact de la manière dont nous les habillons (ce qu’on appelle le para verbal) et l’impact de notre langage corporel, appelé le non verbal « pur ».
Les résultats de cette étude donnent les chiffres suivants : 7% pour le langage verbal, 55 % pour le non verbal « pur » (les gestes, la position, etc.) et 38 % pour le para verbal (le timbre de la voix, le rythme, etc.) Ainsi, quand nous parlons à quelqu’un pour lui faire passer un message, les mots que nous employons comptent pour moins de 10% !

Décodage du langage

Nos automatismes, nos programmations, se manifestent au travers de notre langage, et, la plupart du temps, nous aident dans notre vie quotidienne.
Mais ce n’est pas toujours le cas !
Parfois, nos programmations sont handicapantes, difficiles à vivre : confiance en soi en berne, croyances limitantes ou encore, les mêmes erreurs que l’on refait encore et encore sans bien comprendre pourquoi.
Ces programmations limitantes, elles aussi, vont se manifester à travers notre langage.
La PNL offre des techniques qui permettent de décoder le langage d’une personne, tant le langage verbal mais surtout le langage non verbal !
Et en décodant son langage, on va pouvoir détecter quelles sont ses programmations, comprendre vraiment comment la personne se représente les choses, bien au-delà des mots qu’elle utilise.
On va pouvoir détecter aussi quelles sont ses programmations limitantes, celles qui ne lui permettent pas de s’épanouir comme elle le mérite ou d’atteindre ses objectifs.
Et donc, après être un formidable outil de décodage de la communication, la PNL va offrir un panel de techniques puissantes d’accompagnement dans le changement pour défaire les programmations limitantes et les remplacer par des programmations aidantes.

Faciliter le changement

Quand on parle de changement en PNL, on parle du passage d’un état présent, généralement non satisfaisant, à un état désiré, qui représente un objectif ou une solution.
Le premier travail du coach, lorsqu’une personne vient le consulter, va être de l’écouter, de comprendre ce qu’elle vit, ses difficultés, pour pouvoir l’aider à quitter cette situation et se diriger vers une solution c’est-à-dire atteindre son objectif.
Et pour atteindre cet objectif, il va falloir d’abord aider la personne à bien le formuler.
En effet, il y a différents critères à respecter pour qu’un objectif soit considéré comme valable en PNL et qu’il ait donc toutes les chances d’être atteint par la personne. L’analyse de ces critères fera l’objet d’un article ultérieur.
Une fois l’objectif de la personne précisé et validé, en réalité, si aujourd’hui, elle est dans un état présent qui n’est pas satisfaisant pour elle, c’est parce qu’il y a des obstacles sur sa route, des blocages qui l’empêchent d’atteindre son ou ses objectifs.
Ce sont ces fameuses programmations limitantes.
Et ces obstacles, ces freins, cela peut être beaucoup de choses, qui peuvent se situer à différents niveaux.
La suite du travail du coach consiste à détecter ces blocages et à les faire disparaître ou à les remplacer.
Robert Dilts, l’un des principaux développeurs actuels de la PNL, a mis au point un outil formidable, appelé le modèle des niveaux logiques, qui offre une analyse globale des situations et qui permet une organisation coordonnée de toutes les techniques de la PNL.
Ce modèle met en place différents niveaux, souvent présentés sous la forme d’une pyramide, dont voici le schéma :

Pyramide de Dilts

Chaque niveau doit être cohérent avec les autres pour qu’il y ait une harmonie d’ensemble. Cette cohérence, on l’appelle en PNL l’alignement.
En outre, les différents niveaux sont classés hiérarchiquement : une fois le problème détecté, l’intervention la plus efficace doit se faire au niveau supérieur, ou à tout le moins au même niveau, car un changement effectué à un niveau donné, aura des répercussions sur tous les niveaux inférieurs, mais très rarement au-dessus.
Ce modèle est un formidable outil de changement car il permet de détecter plus facilement à quel niveau se situe le problème, et quel outil de la PNL sera le plus efficace pour pouvoir y remédier.
En effet, pour chaque niveau, il existe de nombreux modèles et techniques d’intervention.
Grâce aux outils de la PNL, il est possible de modifier des comportements, de générer de nouveaux comportements, de modifier des croyances, de gérer des conflits de valeurs et de faire bien d’autres choses encore, comme augmenter la confiance en soi ou gérer des situations conflictuelles.
Et au fur et à mesure de l’élimination des blocages, la personne accompagnée va pouvoir progresser en direction de son objectif.

Pour conclure

J’espère, avec ces premières explications, avoir pu vous faire découvrir la richesse et l’efficacité de la PNL.
D’autres publications suivront pour vous permettre d’en apprendre davantage sur son mode de fonctionnement, ses multiples facettes et ses nombreux modèles d’intervention.
A très bientôt !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :