L’hypnose : un premier aperçu

Introduction

L’hypnose, bien qu’elle n’ait reçu cette appellation qu’au 19ème siècle, est une technique qui est loin d’être récente. Les Sumériens pratiquaient déjà l’accompagnement par la parole, il y a plus de 4000 ans. Et le plus vieil écrit évoquant des pratiques d’hypnose date de plus de 3000 ans. Il s’agit d’une stèle découverte en Egypte et datant de l’époque de Ramsès II.

Mais le but de cet article n’est pas de vous relater toute l’histoire de cette discipline, dont on entend de plus en plus parler aujourd’hui, mais qui reste encore inconnue, voire mystérieuse, pour bon nombre de personnes.
L’objectif de cet article est donc de vous donner un premier aperçu de cette discipline, de dissiper certains préjugés et surtout de mettre en évidence son efficacité.
Cette discipline effraye en effet encore certains qui pensent, à tort, que ce procédé leur enlèverait tout contrôle.
Il n’en est rien, j’y reviendrai un peu plus loin.
Il n’y a en réalité rien de dangereux ou de mystérieux dans l’hypnose. Il n’existe en fait qu’une seule contre-indication : elle ne peut pas être pratiquée sur des personnes souffrant d’une psychose.
Le monde médical lui-même l’utilise de plus en plus, comme pour l’anesthésie ou le traitement des douleurs entre autres.
Un autre préjugé concernant l’hypnose consiste à considérer qu’il s’agit là d’une forme de manipulation.
Il faut savoir qu’il est impossible de ne pas communiquer. Même en restant silencieux, un individu communique avec son langage non verbal, son langage corporel.
Dans leur ouvrage « Derrière la Magie » (InterÉditions, 1984, ré-éd. 2010), Alain Cayrol et Josiane de Saint Paul, spécialistes en programmation neurolinguistique (PNL) écrivent : « Il vaut mieux ne pas nier l’indéniable, à savoir que, dès que nous communiquons, nous nous influençons les uns les autres. Dans les faits, communication et influence sont pratiquement synonymes, la communication étant l’ensemble des éléments verbaux et non verbaux qu’utilise consciemment et inconsciemment une personne pour agir sur l’expérience de ses interlocuteurs ».
S’il est indubitable que, dans chaque communication, il y a une part d’influence, voire de manipulation, il en va de même pour l’hypnose, à ceci près que le thérapeute ou le coach qui va utiliser l’hypnose va le faire dans le but d’aider son patient ou son client !
Il s’agit là d’un élément fondamental : l’utilisation de cet outil thérapeutique formidable n’a d’autre but que la santé et le mieux-être de la personne qui consulte. C’est une question d’éthique et d’intégrité professionnelle. Par ailleurs, le thérapeute ou le coach qui propose cette technique est soumis à un règlement déontologique strict.
Nous ne parlons pas ici de la communication d’influence, qui utilise certaines techniques du langage hypnotique, et que nous pouvons retrouver dans la publicité, la vente ou certains discours politiques !
En réalité, lors d’une séance d’hypnose, la personne garde toute sa volonté et il serait impossible de l’obliger à agir contre son gré, sa morale, ses valeurs ou même son intégrité physique.

Plusieurs types d’hypnose

Il existe plusieurs types d’hypnose.
La première, l’hypnose classique, qui est à la base de toutes les autres, est une hypnose très directive et aujourd’hui principalement utilisée lors des spectacles, mais très rarement en thérapie. Cette hypnose de spectacle, avec ses suggestions contraignantes, en voulant mettre en évidence le côté « show », le côté spectaculaire, donne une idée faussée et très limitée de l’hypnose.
Ce n’est pas à cette hypnose que cet article est consacré, mais à celle utilisée en thérapie et appelée l’hypnose Éricksonienne, en référence au célèbre Docteur Milton Erickson, psychiatre américain décédé en 1980 et qui a mis au point une nouvelle technique d’hypnose tout à fait particulière, beaucoup plus centrée sur le vécu de la personne. Cette hypnose peut également être utilisée sous la forme d’un dialogue ; on parle alors d’hypnose conversationnelle.
Par la suite apparaît le terme « Nouvelle hypnose », qui se base sur les travaux de Milton Erickson et qui les enrichit et les développe en les adaptant à notre génération. Ainsi, elle se préoccupe également du potentiel humain et du développement personnel. C’est en réalité cette hypnose qui est principalement utilisée aujourd’hui.
Enfin, l’hypnose humaniste est une hypnose un peu particulière, créée par Olivier Lockert en 2001, et qui vise à atteindre un état de conscience augmentée. Il s’agit d’une véritable philosophie de vie active, en intégrant tous les niveaux d’existence : santé, qualité de vie et évolution humaine.

Définition

Sans entrer dans les détails, de nombreux tests scientifiques, réalisés à l’aide d’électro-encéphalogrammes notamment, ont démontré que l’hypnose n’est ni un état de sommeil, ni un état d’éveil ordinaire.
Elle porte par ailleurs très mal son nom puisque celui-ci vient d’Hypnos, dieu grec du sommeil !
Si l’hypnose n’est ni un état de sommeil, ni un état d’éveil ordinaire, de quoi s’agit-il alors ?
En réalité, l’hypnose est un état modifié de conscience, que tous nous connaissons quotidiennement, de façon légère.
Ainsi par exemple, lorsque vous êtes au volant de votre voiture et qu’à un moment précis vous vous rendez compte être à un endroit de votre itinéraire sans vraiment vous souvenir des derniers kilomètres parcourus jusque-là, et bien, vous avez vécu un état modifié de conscience.
C’est le cas aussi par exemple lorsque vous rêvassez en écoutant de la musique, que vous êtes « dans la lune » ou tellement consacré à une tâche, comme lire un roman ou regarder un film, que vous n’avez plus conscience du temps qui passe.
Milton Erickson appelait cet état parfaitement naturel « common everyday transe », c’est-à-dire la transe commune quotidienne.
L’hypnose n’est rien d’autre que cet état modifié de conscience, qu’elle va, grâce à certaines techniques particulières, simplement amplifier.
Et comme chaque individu connaît cet état de conscience modifié léger, qu’il vit régulièrement, chaque personne est par conséquent hypnotisable et peut bénéficier des bienfaits de cette discipline, même les esprits les plus cartésiens.
De même, s’agissant d’un état naturel précaire, il est impossible de ne pas savoir en ressortir. D’une part, le praticien possède des techniques pour faire revenir la personne dans « l’ici et maintenant » tout en douceur. Et quand bien même il ne les utiliserait pas, des expériences ont démontré que la personne revient d’elle-même à un état d’éveil ordinaire au bout de quelques minutes.
Tout au long de la séance d’hypnose, la personne reste constamment consciente de ce qui l’entoure, mais il se peut qu’après la séance, elle ne s’en souvienne pas toujours.
Et si la séance d’hypnose Éricksonienne se fait en mode conversationnel, la personne va dialoguer, preuve s’il y en est qu’elle reste bien consciente !

Un outil thérapeutique puissant

L’hypnose est un outil thérapeutique puissant, car elle permet de s’affranchir de l’esprit conscient, utile certes, mais qui s’avère bien souvent beaucoup trop limité.
Milton Erickson n’a pas hésité à dire : « Ton conscient est très intelligent, mais à côté de ton inconscient … il est juste stupide » !
Cet inconscient, de quoi s’agit-il au juste ? Il ne s’agit pas de celui défini par la psychanalyse freudienne. L’hypnose se réfère à la définition qui en est donnée par Milton Erickson. Pour faire simple, on entend par là tout ce dont nous n’avons pas conscience.
Il s’agit d’une facette de nous-mêmes, dont nous ne sommes simplement pas conscients, ce qui nous empêche de profiter pleinement de ses ressources.
Notre inconscient sait tout de nous. Milton Erickson disait qu’il était un immense réservoir de sagesses, de connaissances, de ressources, d’apprentissages et de compréhensions.
En effet, nos limites se trouvent dans la partie consciente de notre esprit, avec des perceptions, des souvenirs, des interprétations faussés par nos émotions, par un manque d’information, par la morale, par notre éducation, par nos croyances ou encore nos convictions.
Notre inconscient a lui une vision beaucoup plus globale de notre vie et des capacités infiniment plus grandes. Il a notamment pour but de nous protéger et ne nous veut que du bien. Des études ont démontré que notre inconscient gère 90 % de notre quotidien et de notre fonctionnement global ; et que donc seulement 10 % de notre vie est gérée consciemment.
Il est distinct du conscient et possède ses propres modes de fonctionnement, de façon autonome.
En outre, c’est lui qui fixe et maintient les limites de notre conscient.
C’est donc à lui qu’il faut s’adresser, et c’est justement ce que l’hypnose va permettre d’accomplir : communiquer avec l’inconscient !
C’est parce qu’elle est une porte d’entrée dans l’inconscient que l’hypnose est un outil thérapeutique puissant.
En effet, en facilitant la communication avec l’inconscient, l’hypnose va ainsi permettre des changements en profondeur, qui vont aider la personne à découvrir toutes ses ressources méconnues ou inexploitées et développer ainsi tout son potentiel pour atteindre son objectif.
Milton Erickson disait : « L’hypnose est un état d’attention et de réceptivité intenses avec une augmentation significative des réactions positives à une idée ou un groupe d’idées ».
Il pensait à juste titre que les êtres humains possèdent de nombreuses ressources, un grand potentiel méconnu et que l’hypnose leur permet de les mettre en œuvre, car elle ouvre grand les portes de l’inconscient et balaye ainsi les obstacles de la partie consciente de notre esprit.
Ainsi, la personne n’est nullement sous l’influence de l’hypnothérapeute, mais, au contraire, va pouvoir, sous hypnose, augmenter son propre contrôle sur elle-même, ce qui va lui permettre d’augmenter considérablement sa créativité, ses capacités d’apprentissage, d’avoir accès à toutes ses ressources internes, et de réaliser bien d’autres choses encore, comme par exemple de modifier son ressenti par rapport à la douleur.
Le thérapeute va simplement jouer le rôle d’un guide, qui va accompagner la personne dans cet état modifié de conscience, pour permettre l’accès à l’inconscient et mettre de côté toutes les limites du conscient.
En effet, les techniques de l’hypnose font en sorte que la résolution du problème, ou l’atteinte d’un objectif, est réalisée par la personne elle-même, à sa propre manière et à un niveau inconscient, en étant accompagnée, guidée par le thérapeute qui va formuler des évocations, des suggestions utiles ou encore donner les permissions nécessaires.
Et il n’est nul besoin que la personne soit dans un état hypnotique profond pour obtenir des résultats. Des changements considérables peuvent survenir lorsque la personne est en état hypnotique léger, ou même lors d’une séance d’hypnose conversationnelle.
Les domaines qui peuvent être traités avec l’hypnose sont nombreux. Pour n’en citer que quelques-uns : la gestion du stress, la perte de poids, le sevrage tabagique, l’augmentation de la confiance en soi, la gestion de la douleur ou encore le passage d’une période difficile de la vie.
L’hypnose n’est toutefois pas une baguette magique !
L’engagement de la personne dans le processus est déterminant, surtout dans les problématiques difficiles. Dans ce cas, l’hypnothérapeute va mettre en place avec la personne une stratégie qui sera personnalisée, ciblée, adaptable et réévaluée au fil des séances.
Je terminerai en précisant que l’hypnose est une thérapie brève qui nécessite entre une et dix séances, rarement davantage.

Pour conclure

Avec cet article, j’espère avoir pu vous faire découvrir une technique puissante, confirmer ou infirmer certaines de vos croyances à son sujet, voire même vous libérer de certaines craintes ou certains préjugés que vous auriez pu avoir par rapport à l’hypnose.
Il y a encore beaucoup de choses à en dire, notamment par rapport aux techniques qui sont utilisées. Ce sera l’objet de prochaines publications.
A très bientôt !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :